Des administrations publiques décalées

photo blog.png



Rigidité des administrations

Comment la Confédération, avant la deuxième vague du Covid-19, a pu demander aux citoyens, de manière acerbe, de prendre leurs responsabilités quant aux importations illégales d’animaux ?
Bien que ce message soit pertinent en situation normale, il semble, en période de pandémie humaine, que les priorités sont mises au mauvais endroit par nos autorités.
Les administrations rigides du point de vue organisationnel n’ont plus lieu d’être. Où est la flexibilité qui permet de transmuter au sein de l’administration publique les forces de travail là où c’est le plus nécessaire ? Actuellement tout ce que concerne cette pandémie devrait être priorité numéro un et la mise des moyens nécessaires serait plus que pertinent. A-t’on pensé à cela ?

La peur de la pandémie - rage versus Covid-19

La Confédération estime que les animaux importés constituent une menace pour les populations animales suisses. Et alors ? Dans le canton de Genève, tous les chiens sont obligatoirement vaccinés. Notre service vétérinaire y contrôle tel un Cerbère. Si seulement quelques-uns de ces contrôles étaient mis sur les voyageurs à destination de la Suisse, qui véhiculeraient potentiellement le Covid-19 ! Y a-t-il de la cohérence dans l’administration cantonale ?

Gestion autour de la rage

A-t-on mis en place dans le canton de Genève une information aux adultes et enfants sur le comportement des chiens et la manière de prévenir les morsures comme l’OMS le préconise ? Ce qui peut réduire l’incidence de la rage chez l’homme notamment. Non, rien ! Que fait le Service vétérinaire ?
A-t-on informé les propriétaires d’animaux de compagnie, sur la prévention des morsures de chien et sur les soins à dispenser immédiatement après une morsure ? Non rien ! Que fait le Service vétérinaire ?
Nous espérons au moins que les personnes ayant un métier à risque sont vaccinées préventivement, comme le personnel de laboratoire qui manipule des virus rabiques ou apparentés ou encore certaines personnes (comme celles qui sont chargées de la lutte contre les zoonoses ou les gardes forestiers) dont les activités personnelles ou professionnelles peuvent les amener en contact direct avec des chauves-souris, des carnivores ou d’autres mammifères susceptibles d’être infectés.
Il est notoire que les renards traversent les frontières franco-suisses de manière aisée. Et qui contrôle la rage ? Et les chats errants qui sont attirés par les mangeoires publiques à chats ? Est-ce que ce sont des chats provenant uniquement de ce côté de la frontière ? Il semble une gestion en matière de prévention de la rage bien mal faite.

Les maladies infectieuses humaines

Paludisme, tuberculose-MR, choléra, virus Zika, ebola, Covid-19 sont des maladies qui transitent facilement en Suisse. Concernant le Covid-19, qui a le statut de pandémie, ce dernier est sous haute surveillance actuellement.
Mais les autres maladies infectieuses ? Genève, ville internationale, qui possède dans son territoire une ribambelle d’organisations internationales et ONGs, avec des personnes provenant des régions les plus sauvages de la planète. Là-même où les maladies précitées circulent facilement. Fait-on systématiquement des contrôles médicaux à la douane ?

L’Etat dysfonctionne apparemment

Bref, entre les différents services de l’Etat, il y a une différence énorme dans le fonctionnement. Une cacophonie qui fait surtout payer le contribuable inutilement. Et dire que tous ces services sont sous l'hégémonie de Mauro Poggia. Aucune vision transversale ... y compris au sein d'un même département,
Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • D'accord avec toi,
    On nous emm... tu n'imagines pas le bordel pour faire passer un cheval d'un côté à l'autre de la frontière alors que les pâturages sont parfois traversés par la frontière et qu'ils passent plusieurs fois par jour d'un pays à l'autre,comme les renards et autres petites bêtes.

  • Les politiques d'aujourd'hui ont completement oublie les quinze morts et dix huit blesses du Parlement zougois en 2001...

  • J'avoue que je n'osais pas le dire Laurent Lefort...

  • Bonjour,
    A votre affirmation "A-t-on mis en place dans le canton de Genève une information aux adultes et enfants sur le comportement des chiens et la manière de prévenir les morsures comme l’OMS le préconise ?"
    Je me permets de rectifier en répondant Oui depuis 2004 le SCAV a élaboré le programme de prévention PAM afin d'infirmer aux enfants les bons gestes et en manifestations d'informer les adultes des mêmes messages. Par contre je ne vois pas la relation entre apprendre les bons gestes face aux chiens et réduire l’incidence de la rage chez l’homme ?

    " A-t-on informé les propriétaires d’animaux de compagnie, sur la prévention des morsures de chien et sur les soins à dispenser immédiatement après une morsure ? Non rien ! Que fait le Service vétérinaire ?" je pense que c'est plutôt du registre des infirmiers et/ou docteur d'informer le public comment agir en cas de morsure suspectant la rage.

  • Concernant votre première correction, je tiens à vous signaler que la sensibilisation PAM-GE se fait auprès des élèmes 3ème primaire (6-7ans) dans le canton, pour autant que les directeurs d'écoles le veuillent. C'est a dire que c'est partiel. Les enfant venus après 7 ans dans le canton n'ont plus cette sensibilisation. Concernant les enfants de cet âge, apparemment cela est fait uniquement pour les écoles publiques et pas les écoles privées. De plus, les adultes n'ont pas cette sensibilisation. Nous constatons que Genève est cosmopolite et que certains expatriés, immigrés, réfugiés ont une approche avec le chien. Rien n'est fait. Quant à la manifestation annuelle à la Plaine de Plainpalais, très peu de monde y vas; de plus le programme n'est pas basé sur ces points, mais sur l'utilité du chien.

    Il y a un lien évident entre les morsures et la transmission de maladies de l'animal à l'homme, sinon pourquoi l'OMS s'en soucie autant?

    Concernant le deuxième paragraphe, sur les soins à dispenser après morsure, c'est au propriétaires de s'en soucier, et ils nécessitent avoir l'information ... par le Service vétérinaire et pas par un autre service étatique. Rien n'est fait.

Les commentaires sont fermés.