Serviteurs sans morale

maxresdefault.jpg



Eh oui, les élus de nos exécutifs sont des « serviteurs du peuple » et non les souverains. Le souverain en démocratie c'est le peuple, dit-on !

Le 23 août la Tribune de Genève annonce à ses lecteurs que la ville de Genève va introduire un nouveau règlement qui devrait remplacer la « rente à vie » des Conseillers administratifs par une formule qui ne leur donnerait droit qu’à 50% du dernier traitement brut pendant 10 ans maximum.


La suppression uniquement aux futurs magistrats

Il y a juste un hic, ce règlement n’entrerait en vigueur qu’à partir du 1er juin 2020 ; c’est-à-dire que ce collège se soustrait de ce règlement afin de bénéficier de la rente à vie; étant donné que leur mandat touche à sa fin avec cette date.

Mais le plus scandaleux est qu’ils toucheront cette rente même s’ils exercent par la suite une autre activité professionnelle.

Il est évident que la crise qui mène actuellement à supprimer ce droit abusif, ce n’est pas de la faute des membres de ce collège, ce désastreux Conseil administratif sortant !

C’est justement eux que la population voudrait sanctionner par la suppression de la rente à vie.


Toutes et tous sans privilèges disent les Socialistes

D’un côté, des élus rentiers surpayés qui cumulent également le revenu de leur travail après la fin de leur mandat; de l'autre des bénéficiaires de l'assistance qui reçoivent des montants pour survivre et dont l'Etat leur réduit les montants lors de toute activité intermédiaire.


En faisant cette proposition qui ne les touchent pas, les deux élus de la ville qui ont présenté ce projet ont démontré qu'il n'y a plus de limite à l'indécence.

Commentaires

  • Ces 5 pieds nickelés, employés dans le privé, seraient flanqués à la porte depuis longtemps avec une plainte aux fesses - dans le public, certains semblent au-dessus des lois et de plus, ont l'arrogance de s'allouer une rente à vie, alors que ladite rente est illégale depuis longtemps! Au clou et vite!

  • "Mais le plus scandaleux est qu’ils toucheront cette rente même s’ils exercent par la suite une autre activité professionnelle."
    Il devrait être plus gratifiant, à long terme du moins, d'exercer une profession que de ne vivre que de ses rentes. Du moins pour les magistrats en question, qui ont probablement des formations (et des carnets d'adresses) intéressantes pour le marche du travail.
    Une méthode permettant de calculer l'attribution d'une rente raisonnable par rapport au revenu du travail ne devrait pas être hors de la capacité de nos fonctionnaires chargés de la gestion des dépenses de l'Etat, ceux des impôts par exemple.
    Tout le monde y trouverait son compte, ou du moins un compte moralement satisfaisant.

Les commentaires sont fermés.