Les mouches à fruits

road-sign-464659_1280.jpg



Le 14 juin est passé, et des politicards sans scrupules se faufilent dans le sillage de la mouvance féminine. Même le blog de la Tribune de Genève met en lumière des articles écrits par certains politiciens bien connus pour leurs prêches sans actes et ce malgré le grand brassage de vent, tels des mouches à fruits !

Mais quelles sincérités ! N’oubliez pas de voter pour moi lors de la prochaine élection ! Mais prendraient-ils/elles les femmes pour des bonnes poires ?

La question de l’égalité homme/femme, qui oublie hélas le troisième sexe, est une question sociale impossible à toucher par l’électoralisme.
Deux socialistes, un Vert et une PDC vont tâcher de convaincre les votantes.

Il y a des habitudes difficiles à changer dans le secteur privé. Le domaine financer, notamment genevois, est le pire élève en matière d'égalité de salaire. Cependant, la liberté économique inscrite dans la Constitution suisse à l’article 31 garantit « le libre accès à une activité économique lucrative privée et son libre exercice ». Cela suppose qu’en matière salariale, le secteur privé est libre d’attirer les ressources humaines comme il pense.

Tous ces dirigeants sont également parents de filles et sont fils de mères. Comment penser qu’ils aiment moins une partie de leur descendance, à savoir les filles par rapport aux garçons ? Ne dit-on pas que derrière chaque grand homme (ces dirigeants) se cache une femme qui aide et influe ? Ce n'est qu'au travers de l’antre du pôle familial et de l’éducation que pourra venir ces changements sociétaux.

Les commentaires sont fermés.