Cela s'apparente à une réaction de despote

Capture copain.JPG



Le lundi 27 mai 2019 je lis dans Le Courrier « Le CV du directeur interroge »; qui commente un email anonyme envoyé aux 80 Conseillers municipaux de la commune Ville de Genève, et la réaction de la Cheffe du Département des finances de la ville.

Le CV de qui ? Il s’agit du CV du directeur financier de la ville de Genève, qui a été embauché par le Département des finances de la ville, dont la socialiste Sandrine Salerno est la Conseillère administrative.

Mais pourquoi Diable cela interroge ?

Dans cette information anonyme, il est stipulé une embauche qui interpelle, voire une probabilité d’embauche-copinage. L’embauche-copinage relève de la corruption.

En date du 24 mai 2019, tout comme mes autres collègues du Conseil municipal, j’ai été surpris plutôt par le contenu du mail que par le mode de communication « anonyme »; à savoir que Sandrine Salerno est scandalisée par l'anonymat du messager. Chacun son courage et protection.

Est-ce que chaque fois que quelqu’un émet une hypothèse cela veut dire que l’on fait une diffamation ? Une hypothèse n’est pas une affirmation, mais une probabilité avec une variabilité de 0 à 100% selon les éléments probants qui ont émis l'hypothèse. Le messager donne des faits, c'est tout ! Mais des faits qui interpellent tant la cohérence est mise à mal.
Selon la Conseillère administrative attachée au DF, Sandrine Salerno, ce mail est une information attentatoire à l’honneur. Il me semble bien qu’elle n’y est pas destinataire du mail et n’a pas, par conséquence à agir d’aucune manière qu’il soit. Elle est également montrée du doigt par l’hypothèse ! C’est à une instance neutre, hors exécutif, qu’il revient à faire l’analyse du cas. La bonne réaction est bien de donner mandat à la Cour des Comptes et ensuite suivre le dossier auprès du Procureur général si les informations sont probantes. Ce mail a pu être fait par n’importe quel citoyen de notre commune concerné par la gestion des deniers publics y relatifs.

La gestion du problème démarre mal

Mobiliser l’argent public pour faire une éventuelle enquête afin de trouver l’expéditeur du message (pour ensuite éventuellement aller sur le plan judiciaire et pénal) ce serait utiliser les ressources et les deniers publics, c'est se foutre du citoyen. Ce qu'elle veut c'est sanctionner « un messager » plutôt que laisser vérifier la véracité de cette hypothèse et s'en prendre aux « éventuels coupables » cités dans le cas. Selon l’email du 28 mai 2019 de la Conseillère administrative Sandrine Salerno, à destination des 80 Conseillers municipaux, elle dit qu’elle va proposer au Conseil administratif (dont elle est une des cinq membres) d’évaluer sans délai toutes les mesures qui s’imposent y compris sur le plan judiciaire et pénal.

Vu qu’elle est montrée du doigt, il serait bien plus éthique qu’elle ne fasse rien avec l’argent de la population. Surtout, lorsque le Conseil administratif traitera ce cas, elle devrait être plutôt considérée comme « partie » plutôt que « juge » et de ce fait devrait sortir de la salle. La bonne démocratie implique que l’on ne peut être « juge et partie ».

Si c’est ainsi que la grande Argentière de la ville compte utiliser l’argent public, il serait temps de vérifier de manière bien plus approfondie tant l’utilisation efficace, efficiente et économe de l’argent public, que la culture d’entreprise insufflée par la tête au sein de ce Département.

On dit souvent, qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

Et dire que l’Aéroport de Genève a été critiqué car son Conseil d'administration n’avait pas donné suite aux alertes. C’est vrai que si on poursuit les personnes faisant les alertes (le messager), il n’y aura même plus d’alertes du tout. Et si on supprimait la Cour des comptes également?

Jamais deux sans trois ?

Ironie de la chose, le magazine ICTjournal, spécialisé sur le monde de l’informatique en Suisse, fait mention dans son édition du 13 mars 2019 d’une autre embauche au sein du Département des finances, d’une personne provenant du même terrain critiqué par le messager anonyme. Apparemment ceci a échappé au messager en question ! S’il lit mon blog, je ne le félicite pas.

Commentaires

  • On rêve! Sachant que dans nos administrations, l'embauche de "faux" frontaliers, en masse, et sans contrôle, dans l'admin GE , est un fait.
    Sachant que ces mêmes faux CH font employer au sein de l'admin fiscale qui vous taxe et contrôle, au sein de notre canton GE, et ce, en tant que fonctionnaires bien que français, & rentiers à vie, où ils y font venir leurs fils stagiaires sans diplôme & voisins, et ce dès niveau stage scolaire, où aucun des demandeurs n'a jamais résidé en Suisse - mais copinage oblige, le cursus se poursuit.

    Vous avez compris, ou faut vous rembobiner cte masse de compromis de merde?

  • Mais voyons, n'est-il pas plus facile de presser sur le bouton qui arrête l'alerte que d'éteindre l'incendie.?

Les commentaires sont fermés.