20/12/2018

L’honnêteté et la morale sont-elles disparues dans le secteur public ?

picto-sanctionnerlesecarts.png



La ville de Genève dépense les deniers publics avec irrespect. CarPostal magouille les comptes. Ruag fait parler d’elle en matière de management: hackers, et magouilles. Même des ONG s'y mettent, à l'instar du Centre international pour le commerce et le développement durable, sis à Genève.


Pauvre Suisse, beaucoup trop d’entreprises publiques sont mal dirigées, probablement par des managers bien diplômés (l’on espère) qui ne déploient pas l’effet de leurs compétences (s’ils en ont, bien évidemment) et qui ne maîtrisent pas les hautes fonctions managériales que ces dirigeants occupent.

Mais qui embauche ces managers? Quels genres de services de ressources humaines peuvent si souvent se tromper sur le casting des dirigeants? OK tout ce qui concerne l'embauche des élus n'est pas du ressorts de ces départements spécialisés dans la gestion du personnel, mais ne doivent-ils pas être garants du bon fonctionnement de la ressource humaine, y compris concernant ces personnes qui souvent sont embauchés sur la base du copinage?

Voilà que maintenant, Ruag, sans même savoir que CarPostal faisait comme elle, effectue les mêmes magouilles, elle surfacture des prestations à son actionnaire « la Confédération » pour financer certaines activités.

Mais, quand verra-t'on dans notre pays des sanctions dignes de ce nom qui puissent décourager ces réseaux anodins de malfrats de bonne famille, qui semblent avoir pris possession des entreprises du pays ?
Y a-t-il encore un minimum d’éthique ? Ces dirigeant au col blancs, sont-ils mieux que ces voyous qui agissent dans le rue ?

A part, prendre connaissance de l'irrespect de ces personnes hauts-cadres, leur incompétence, leur non-éthique, les citoyens continuent à lire article après article sans que rien ne soit entrepris pour mettre fin à cette mouvance de manière systématique.

Thomas Minder réussit en 2003 à faire approuver par le peuple son initiative "contre les rémunérations abusives" qui changea la Constitution. Le but de cette initiative était principalement de protéger l'économie, la propriété privée et les actionnaires et d'assurer une gestion d'entreprise durable, pour les sociétés anonymes suisses cotées en bourse à respecter des principes. L'article 95 alinéa 3 de la Constitution prévoyait à sa lettre "d" des sanctions à l'encontre des dirigeants malveillants.

Ne devrait-on pas envisager appliquer cette protection également pour le domaine public et para-public?

Commentaires

Il n'est pas certain que ce soit la qualité morale des personnes disposant de pouvoir qui, généralement, s'amenuise. Il se pourrait aussi que la numérisation rende beaucoup plus difficile d'assurer la discrétion qui doit nécessairement entourer les erreurs et les fautes.

Sans pouvoir accéder facilement aux données disponibles publiquement, depuis les courbes de niveau jusqu'aux contrats qui lient par exemple Confédération, Canton, Ville de Genève, CFF, jamais il ne m'aurait été possible de dénoncer l'incurie des administrations en charge de ces questions dans leur recherche d'une solution au problème de capacité du noeud ferroviaire de Genève.

Écrit par : weibel | 20/12/2018

Répondre à ce commentaire

@Weibel, Dans ce cas, le fait que l'information soit plus accessible aux citoyens est une aubaine pour la gouvernance. L'on lime les couts sur le personnel ... alors qu'on peut limer le cout de l'incompétence des directions de sociétés.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 20/12/2018

Bravo, mais là vous commentez un problème qui ne sera jamais résolu.

Écrit par : Valérie | 20/12/2018

Répondre à ce commentaire

Vous dites M. Alonso Unica:"L’honnêteté et la morale sont-elles disparues dans le secteur public ?"

Vraisemblablement oui. J ajouterais que ce n est pas seulement ces deux défauts de manque d honnêteté et de la morale qui sont regrettables. Il y a surtout un abus manifeste de pouvoir ce qui change les choses vers un délit du point de vue juridique. La loi ne punit nullement la violation de la morale et la mal-honnêteté, je le pense...En jurisprudence, abus de pouvoir se dit quand un fonctionnaire outre-passe le pouvoir qui lui est confié et fait des actes qui ne lui sont pas permis. Même dans l abus de vol d un oeuf, on pourrait voler un boeuf aussi...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 20/12/2018

Répondre à ce commentaire

@Charles05, l'abus de pouvoir est effectivement très courant auprès des personnes qui ne sont pas à leur place dans les hauts des administrations.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 20/12/2018

A force de pouvoir faire n'importe quoi sans être punis nos oligarques comme de vilains garnements ont poussé toujours plus loin le bouchon! Et comme ce système a commencé il y a très longtemps, on en est arrivé au pire, au plus flagrant! Nos "oligarques" sont ils au dessus des lois? En tout cas suite aux scandales dénoncés par la Cour des Comptes, force est de constaté qu'il n'y a pas eu de condamnations par la justice!!! Il est vrai que notre justice n'est pas plus honnête que nos oligarques ceci explique donc cela!

Écrit par : Dominique Degoumois | 20/12/2018

Répondre à ce commentaire

On vient d'apprendre sur France Info, qu'en Angleterre près de 600 SDF sont morts dans les rues! Mais la reine elle ne craint rien OUFFFF!!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 21/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.