16/10/2018

L'exclusion au parti socialiste

exclusion_2821309_new.jpg


Il y a un an, la section du parti socialiste de la ville de Genève entamait un processus institutionnel pour m'exclure. J'en étais heureux et malheureux au même temps.

Heureux

Heureux car cela montrait bien que je ne faisais pas parti visiblement d'un establishment socialiste dont je ne m’identifiais pas.

Combien de fois j'ai entendu les citoyens critiquer la gauche caviar et le PS ! Ah que n’ai-je pas entendu lorsque je tenais des stands socialistes pour convaincre les citoyens d’agir dans l’intérêt du plus grand nombre, l’intérêt public et contre des cartels politiques et financiers dont l’intérêt était justement leurs poches au détriment de la collectivité. J’ai dû faire face à tant de phrases injustes qui me désolaient : « Que font-ils pour nous les socialistes ? Eux qui prétendent combattre les inégalités, mais façonnent la Suisse de sorte à faire de son territoire un lieu de conflit social dans les domaines du travail et de l’assistance. Pourquoi ne nous aident-ils pas et vont chercher des causes ailleurs ? Tous ces socialistes qui ont des hauts salaires du secteur public, des voiliers, de belles résidences, propriétaires d’immeubles. Ces élus socialistes, fils de médecins ou provenant de la bourgeoisie, propriétaires, que savent-ils de nous ? Combien de temps encore on va nous appauvrir ? ». Lorsque je répondais que le but premier de mon combat est de combattre les inégalités, ces derniers me disaient que justement les socialistes les créent.

Malheureux

Comment pouvait-on m’exclure, moi, fils de maçon immigré, d’origine modeste, altruiste, sans intérêts personnels dans le parti ? Est-ce que la critique que je faisais des actions de certains dirigeants socialistes n’était pas légitime ? A ceci, on me disait que c’était la forme que j’utilisais qui n’était pas bonne. Bien évidemment, combattre pour une cause implique un combat. « Non, il faut d’abord discuter ». Je l’avais déjà fait maintes et maintes fois mais un petit groupe d’amis tiennent le parti sous leur pouvoir et n’ont que faire des discussions… mais voilà cela rentre par une oreille et sort par l’autre.

L’exclusion est-elle socialiste ?

Quand je pense que les co-présidents du parti socialiste de la ville de Genève et les conseilleurs administratifs de la section n’ont pas cessé d’harceler le comité directeur du parti socialiste cantonal afin de m’exclure ! Même certains conseillers municipaux socialistes de la ville et des membres du comité si effacés les suivent dans leur ire. Bref, suis-je encore socialiste ? Ou plutôt, je ne suis pas comme eux, car socialiste je le reste au fond de moi. Peut-être ai-je confondu social et socialiste ?

Merci Beatrix

Il y a plus d’un an, le 28 juin 2017, vous m’avez écrit un email réconfortant et m’aviez dit si j’écrivais un post sur la thématique de l’exclusion et plus particulièrement me concernant, je pouvais publier intégralement le billet que vous m’avez écrit en soutien à ma cause.

Voilà arrivé le moment.

28.06.2018 « Cher Manuel, j'ai lu dans la tribune, que le Parti Socialiste veut vous exclure du parti.
Les raisons invoquées sentent le soufre du fallacieux et de la jalousie. Il y a surtout de l'indigence intellectuelle de la part de ceux qui l'initient. En tout cas, je lis régulièrement votre blog hébergé à la Tribune de Genève que j'apprécie énormément. Je n'ai jamais rien trouvé de déplacé, de blessant ou manquant de respect à quiconque. Il n'y a jamais d'attaque de personnes. Vous relevez et portez vos critiques sur des phénomènes de système économique ou social avec humour et parfois avec une bienvenue ironie. Humour, ironie et dérision, trois dimensions de la pédagogie et de la didactique de la vulgarisation de sujets ardus à saisir sans les dévaloriser. Un don qui n'habite pas tout le monde.
Les petits coqs moralistes du PS peuvent se regarder dans un miroir, ils sont obséquieux et arrogants comme ceux du PS France qui ont caché, pendant longtemps, leurs cervelles sclérosées et rongées par l'hypocrisie, la cupidité et la concupiscence politique; leurs volontés semblent avoir été pliées, plissées et replissées par les opportunismes les plus contradictoires, formatant ainsi des individus incapables de vivre autrement que de se nourrir aux seins de leur parti (Benoit Hamon par exemple), refoulant les frustrations, se laissant comprimer jusqu'à s'étouffer. Qu’importe ! la reconnaissance est souvent à ce prix ! Au prix de la sève de son existence...de son développement !
Dans votre cas, j'en suis persuadée, le sexisme invoqué par ceux qui veulent votre exclusion, n'est pas un motif sincère. Le vrai motif c'est votre sens critique, votre dynamisme intellectuel, votre indépendance de pensée et votre autonomie économique. Ils ne peuvent pas user, avec vous, de chantages, vous ne succombez pas à leurs flatteries ou aux feintes de compliments. Tout simplement, ils ne peuvent pas vous tenir en laisse. Le fait d'être investis pour la candidature du Conseil d’État - une véritable promotion au parti, par rapport aux instances communales - leur procure une sensation d'invincibilité, ils se sentent enfin de pleins pouvoirs pour régler les comptes à ceux qu'ils ont toujours enviés ou méprisés. Ces gens ont peur de la lumière qui met trop en évidence leurs carences et leurs défauts. Ils ont bien vécu grâce à la médiocrité de leur parti. Votre lucidité les dérange.
Je n'ai pas pu lire l'article incriminé qui serait de votre crû, mais je puis dire d'ores et déjà que la sexualité - le choix de l'orientation sexuelle comme de ses pratiques - est une affaire personnelle et intime de l'individu comme en religion. Il est, hors de question pour moi, d'en faire une règle publique, encore moins une loi et l'invention d'un arsenal de répression et de sanctions contre tous ceux qui ne partagent pas les excès de prétentions de ces groupuscules de terroristes et de leurs souteneurs institutionnels. Je dis bien que la direction de votre parti est terroriste, parce qu'elle érige pratique et conviction personnelles et individuelles, en règles d'état, comme l'Islam guerrier et ses lois meurtrières autoproclamées Puissance d’État (État Islamique)
».


Commentaires

Vous n'êtes pas le premier que le PS veut virer. Il y a quelques années le neuchâtelois Matthey a été élu DEMOCRATIQUEMENT au conseil fédéral mais, comme le PS voulait faire élire Ch.Brunner Matthey a été obligé de renoncer à son élection et, s'il refusait, il était exclu du PS ! C'est suite à cette infamie que Dreifuss a été élue et a mis tous les citoyens dans la merde avec sa Lamal soutenue par le PS ! Je souhaite la fin du PS car ce parti ne mérite pas la confiance de ces maigres électeurs !!

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 16/10/2018

Cher Monsieur,

Je n'ai pas eu la chance de vous connaître lorsque j'étais moi aussi socialiste il y a une dizaine d'années.

Ce qui vous arrive ne m'étonne guère, car j'ai vécu la même chose, à la seule différence que je suis parti par moi-même.

Je ne me reconnais plus dans les socialistes, car ils sont assoiffés de pouvoir et ne cherche qu'à conserver leur acquis et si pour les autres cela ne va pas, ben tant pis...

Ils sont allé jusqu'à me menacer, jusqu'à écrire à mon travail pour me faire de la pression, ce parti est nostalgique des années 30 malheureusement. Ils aimeraient pouvoir dicter leur loi comme le font la Chine et la Russie. La démocratie, ils n'aiment pas. Si tu penses pas comme eux, tu es stupide.

Dieu merci, en Suisse, ils sont minoritaires.

Dernièrement, nous avons eu à Meyrin des soucis avec la CA socialiste. Le quartier des Vergers est un échec, mais ils ont toujours raison, c'est les meilleurs, c'est bien connu.

J'espère que vous défendrez toujours votre position de manière indépendante, et croyez-moi, vous avez eu de la chance de quitter ce parti.

Bien à vous

un ancien socialiste

Écrit par : ancien soc. | 18/10/2018

J'ai lu que juste après la guerre, les socialistes ont enlevé, par peur, (mais pas par honte) la première partie, la vraie de leur dénomination, le mot national...
Plus tard au vu des frasques mitérandienne, et d'autres dans d'autres pays a qui on reproche l'assasinat de Thomas Sankara entre autres, je n'hésite plus a le penser aussi, que le socialisme, celui que l'on connait en suisse et en france, n'est qu'un outil des banksters capitalistes qui saignent la planète.
Donc que tu te soit fait virer de ce truc est tout a ton honneur.
https://youtu.be/5H-XRDV43MA?t=189

Écrit par : Marcel43 | 18/10/2018

Les commentaires sont fermés.