21/05/2017

Magouilles démocratiques à la social-libéral

socialliberal.jpg

Lorsque les loups se cachent sous une peau de mouton, par respect du stratagème la moindre serait de s’assurer que l’on ne puisse pas se faire repérer par la couleur de ses pattes !

Le cas français

Quel joli slogan politique : « combattre les inégalités » ! Combien d’électeurs vont se faire avoir par des politicards malhonnêtes ? Se faire « valsiser » ou « macroniser », c’est ce que le cas français nous enseigne, à nous les socialistes.

Quel coup de génie fut fait aux présidentielles françaises dernières ! « Ils » ont utilisé la force de combat de Marine, la « facho », pour faire élire, au travers d’une campagne de la peur et du « vote utile », un blanc-bec néo-libéral issu des rangs socialistes et packagé d’un nouvel emballage « en marche ». Bien que ce parti soit peu connu et n’ait pas de cadavres dans le placard, il n’en reste pas moins les doutes dans la tête des votants français qu’il sera le parti des « élites », le parti de l’« establishment », des financiers, des patrons multinationaux, des grands propriétaires immobiliers. Bref, vraiment pas le parti des défavorisés, de la population française de plus en plus en péril !

« Chômeurs français réjouissez-vous ! » À partir de maintenant, on pense que le nouveau gouvernement fera tout pour créer des emplois et vous trouver une place dans le système ; mais l’on peut se tromper car l’erreur est humaine.

« Français pauvres et précaires réjouissez-vous ! » À partir de maintenant, on pense que le nouveau gouvernement fera tout pour corriger les inégalités et vous trouver une place dans le système ; mais l’on peut se tromper car l’erreur est humaine.

Marre que cette erreur « humaine » soit toujours au désavantage de la population ... et avantage des élites !


Jeu de rhétorique

J’anticipe la « critique habituelle » qui pourrait être faite par les très malins « gagnants » du système (et leurs suiveurs désinformés) : « Facile de critiquer sans proposer de solutions ! ». « Pas à moi », je rétorquerai, « pas à moi », « pensez-vous vraiment que l’on n’ait pas de solution en tête ? ».

Parmi la multitude de pistes à adopter et affiner, une piste pourrait être représentée par le nombre « 1789 » en parlant de « têtes » pour ironiser ou en d’autres termes cette piste serait la « redistribution des cartes », des rôles des élus et des représentants de la population.

Ces élus critiquables et critiqués sont indignes de confiance, étant donné qu’ils remplissent imparfaitement leurs missions en comblant leurs propres intérêts alors qu’ils sont censés avoir une vision collective et constructive pour la société ; pour toutes et tous sans privilèges, comme dirait le PS genevois.


Genève, territoire proche de la France

La politique de la France n’est pas si lointaine de Genève. À défaut d’avoir une Marine, il est toujours possible de passer par des pratiques non éthiques pour obtenir son ticket dans une liste d’élection par exemple.

Et pourquoi ne pas booster le nombre d’électeurs, d’adhérents, avant un Congrès ? Pourquoi ne pas effectuer des alliances, qui seraient malsaines pour la société, mais très profitables pour eux et qui satisfait leurs ambitions personnelles ?

Dans ce dernier cas, il aura fallu tout prévoir, avec du temps, et placer des pions aux postes et points stratégiques, d’un parti par exemple. Si cette situation « hypothétique » fonctionnerait, je crains qu’il faille rétribuer tous ces pions qui sont complices dans le sabotage de la démocratie ; en prenant les ressources dans les caisses publiques : rémunérer le méfait avec l’argent des victimes.

Et pourquoi ne pas faire la peau des anciens ? Faire la peau des sortants (ou sortantes) en les plombant ? Quelle belle mentalité !

La démocratie d'aujourd’hui, ça craint ! Petits copains, ne vous faites pas repérer par la population, essayez encore de leur mentir.
À vous voir, l'éthique c'est pour les cons, les malins savent corrompre le système, se servir et asservir.

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.


alonsounica.blog.tdg.ch
www.genevechiens.com
www.alonsounica.com



Commentaires

Le mécanisme est le suivant: pour appliquer une politique plus "juste" et donc plus "morale", il faut d'abord conquérir le pouvoir, ce qui les peut se faire que de manière immorale. Une fois le pouvoir conquis, on ne peut plus revenir en arrière.

Écrit par : Mère-Grand | 22/05/2017

Je ne suis plus tant sûr que conquérir le pouvoir pour changer les choses, change la moralité de l'individu. Je pense au contraire, qu'avant le combat il faut bien connaitre le mal qui est face au combattant, qu'il devra adapter les armes au combat, mais qu'il peut rester éthique car c'est la quete meme du combat, le but.
Le plus difficile arriverait après victoire, lorsqu'il est entouré de corrompus réunis en club secret.
Un bon exemple, est le combat des Primaires espagnoles de hier. Pedro Sanchez était jadis secrétaire général du PSOE. Les copains corrompus lui ont fait la peau et fait chuter. Hier les socialistes espagnols ... ont été contre le haut du PSOE et la hiérarchie pour lui imposer ... le très éthique Pedro Sanchez. La suite, je crais que on va la connaitre. Des coupures de tetes de corrompus, de concensualistes (droitisés).

Écrit par : Manuel ALONSO UNICA | 22/05/2017

Les commentaires sont fermés.