28/03/2017

Les voisins fantômes dérangent

Gevray.jpg

Lorsque les nouveaux arrivants du quartier prennent leurs aises et viennent importuner les indigènes de par leur présence imposante, on peut parler de rivalité ou de conflit de voisinage.


Il y a trois ans, le complexe de luxe le plus cher du canton à la vente, au mètre carré, a été érigé dans une ruelle insignifiance des Pâquis, à la rue Abraham-Gevray, derrière l’hôtel Kempinski ; avec comme atout le rehaussement du dernier étage qui surplombe l’hôtel pour avoir un filet de vue sur la rade. Un lobby avec sa réception assure un accueil et un service de conciergerie 24 heures sur 24 aux résidents.

Parole de voisin, cet immeuble fantôme semble inoccupé et rarement j’entrevois « vie » dans ses appartements aseptisés. Selon l’agence immobilière qui s'occupe des ventes, 19 appartements sur les 27 disponibles auraient trouvé propriétaire. Étrange, qu’ils ne veuillent y loger, à moins que ce soit un objet de « spéculation » dont toute occupation pourrait devenir un fardeau quant aux plus-values éventuelles. Bref, l’on peut dire que les « résidents » invisibles ne dérangent pas par leur présence.

Un seul hic, afin qu’il puisse être présenté à la vente, l'immeuble nécessite un lavage de façade plusieurs fois par année, façade qui est constituée entièrement de stores blancs et vitrages.

Ce lavage entraîne l’occupation du domaine public de la ville de Genève afin d’y mettre une grue sur les 10 places de stationnement, en zone bleue, devant l’immeuble.

C’est là que naît le problème, une rivalité entre acteurs sur l'espace public abusivement utilisé par les derniers arrivants et malhonnêtement commercialisé par le service du domaine publique. Les propriétaires d’automobiles ne sont pas contents de voir environ tous les quatre mois, une occupation inutile des précieuses places de parking. Ceci d’autant plus, que les autorités publiques encaissent un revenu pour l’utilisation de l’espace public et que les détenteurs de macarons du quartier payent le même espace auprès de la fondation des parkings.

Déjà qu’en période estivale un grand nombre de places de stationnement se convertissent en terrasses de café, hélas pour les habitants propriétaires d'automobiles.


www.alonsounica.com

www.genevechiens.com

QUI EST Manuel ALONSO UNICA ?

Commentaires

Mais y'a peut-être des punaises de lit qui elles travaillent 24/24, dans ces appartements fantômes!!!!

Écrit par : Degoumois Dominique | 28/03/2017

pour les mafias l'argent ne coute pas cher!

Écrit par : Degoumois Dominique | 28/03/2017

Exact, la notion d'argent est relative.
Par contre la spéculation avec des objets de logement c'est simplement un scandale que ce soit autorisé par le nos Services publics

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 29/03/2017

Je me demandais comment l'autorisation de construire un tel immeuble à pu être donnée car c'est franchement de mauvais goût dans le style du quartier c'est peut-être la qu'ils veulent faire un quartier de "super riches"

Écrit par : Laurence | 29/03/2017

C'est vrai que le mot "corruption" n'est jamais prononcé dans cette ville très "corrompue"!

Écrit par : Degoumois Dominique | 29/03/2017

Je me demandais comment l'autorisation de construire un tel immeuble à pu être donnée car c'est franchement de mauvais goût dans le style du quartier c'est peut-être la qu'ils veulent faire un quartier de "super riches"

Écrit par : Laurence | 29/03/2017

Exact, mais l'argent et les contacts entre riches et puissants sont si bons qu'ils font ce qu'ils veulent.
Pour une raison de conflit d'intéret, nos politiques devraient justifier les entretiens tant publics, que privés, afin de combattre la corruption.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 29/03/2017

"un lavage de façade plusieurs fois par année"
Plusieurs immeubles genevois en aurait bien besoin eux qui n'ont jamais du en avoir un de leur vie et notre vieux parc immobilier se délabre.
Je comprend la jalousie des façades voisines, les pauvres qui attendent depuis si longtemps (des siècles parfois!) au moins un ravalement de façade.

Écrit par : Steve Roeck | 29/03/2017

hihi, c'est pas sympa... on nettoye et astique cet immeuble comme une pépite d'or...
et de plus ils utilisent l'espace public abusivement ... est-ce écologique? est-ce économique? est-ce social?
Néant ... c'est juste un placement !!! un bien inutile ... dont juste la propriété a un sens.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 29/03/2017

Les commentaires sont fermés.