02/03/2017

Le santé du parti socialiste de la ville

establishment.jpeg

A la lecture du 24 Heures de ce lundi, j’ai été surpris d’apprendre l’existence d’un certain mouvement de gauche du parti socialiste zurichois, dérangeant le président cantonal Daniel Frei et le Conseiller d'État Mario Fehr. De plus, l'article du blog de mon collègue socialiste Pascal Holenweg « Ciel le PS serait à gauche ! » m'a convaincu de sortir de mon silence relatif.

Eh oui, la base des socialistes zurichois se rend bien compte des dérives droitières commises par des élus qui, sous un prétexte de consensualisme, diluent les derniers acquis sociaux pour plaire à la droite capitaliste.
Autant ne pas se battre ! Puisque le consensus helvétique fera la très stable tambouille !


L'auscultation du mal

A force de mettre de l’eau dans le vin, plus personne ne sent le goût du vin et c’est naturel de dire « stop », d’arrêter les dégâts que la population doit assumer suite à une dérive mise au crédit de la « gauche ». La gauche ? Eh oui, dans ses fondements, le socialisme c’est de la gauche ! Mais le voilà envahi par des gens aux idées libérales, qui faute d’être reconnus par un parti de droite adéquat, vont salopper le terrain politique des petites gens, modifier leurs idéaux sous un prétexte de consensualisme.

La section de la ville de Genève du PS, paraît être contaminée du même mal qu'à Zurich, de droitisme. Hier la section a élu son comité. La ville de Genève devra encore assumer, pour les socialistes, un comité à aspirations de droite libérale, dont les fonctions détenues du bureau (présidents, vice-présidents, trésorier) sont détenues par des apôtres de Conseiller administratif attaché à la culture et au sport. Il ne manque plus que le très critiqué milliardaire du scandale du Musée d’Art et d’Histoire pour détruire les derniers espoirs d’avoir un parti qui soit politiquement à sa place, c’est-à-dire à gauche.

Non, la contrenature dénoncée par les pontes du PS zurichois, ce n’est pas un socialisme gauchiste mais un socialisme droitier.
Doit-on encore rappeler que chaque fois que les élus socialistes de la ville de Genève ont montré leur vrai visage libéral à la population au travers de votations, ces derniers se sont fait remettre à leur place ? Des exemples sont la votation du MAH et la votation de Naxoo.


Les symptômes

Une énorme partie des électeurs qui ont élu les candidats socialistes, l’ont fait sur des bases et préceptes du socialisme et car ils n’avaient pas d’autre choix que les candidats de la liste ; tels des coucous dans le nid d’un innocent oiseau. Concernant les personnes actives à la section de la ville de Genève, ceux de droite font fuir les forces-vives de gauche; résultat, les assemblées générales n'ont presque plus de gauchistes et on se demande comment transformer le mouvement, mener la juste correction nécessaire. Pour information, l'assemblée générale dédiée à la position du PSVG pour le vote du MAH n'était composée que de membres partisans du "oui", j'aurais pu y aller pour déplaire, mais le résultat du vote populaire fut la bonne réponse !

De plus, le journal de la section, qui véhicule la bonne parole aux membres, paraît ne mettre en avant que l'opinion de certains d'eux, d'une sorte d’establishment. Il semble remplir principalement un autre rôle, celui d'outil publicitaire auto-flatteur.


La cure

Le comité du PS de la section de la ville de Genève doit se rendre indépendant au plus vite du groupe socialiste du Conseil municipal et de l’influence des Conseillers administratifs socialistes. Si statutairement ils composent trois organes différents, c’est bien parce qu’ils remplissent des rôles différents et l’indépendance est capitale pour une démocratie interne au parti socialiste de la section ville de Genève.

L’élection, hier, du nouveau comité du PSVG va encore en sens inverse, car le comité-bureau est encore bien ancré à droite et obéit trop aux principes de fidélité et loyauté à son Conseiller administratif responsable de la culture en ville de Genève, et non pas à des valeurs. Fin d’année déjà, on avait eu suffisamment de bruits dans la presse qui commentait des bizarreries dans une embauche dans le domaine de la culture, au Grand-Théâtre.

Cela suffit, le parti socialiste n’est pas un terrain de jeu pour des demi-libéraux ou trois-quarts-libéraux; des personnes comptent sur ce parti pour la défense de leurs intérêts. Mais question intérêts c'est justement là le problème !

http://www.24heures.ch/suisse/L-aile-droite-du-PS-part-en-guerre-contre-le-gauchisme/story/10877496


www.alonsounica.com

www.genevechiens.com

QUI EST Manuel ALONSO UNICA ?

Commentaires

Tu veux gagner facilement du fric? Lance toi dans la fabrication de (paillassons politiques)! Tu achètes des paillassons unis et tu écris dessus les noms de tous les politiciens de la place et va les vendre aux puces! On doit pouvoir le faire aussi avec du papier WC! Et avec internet tu dois pouvoir en faire un gros business internationale! Elle est poubelle la vie non?

Écrit par : Dominique Degoumois | 03/03/2017

Les commentaires sont fermés.