15/02/2017

Poggier = saboter ?

Taux-chomage-août-2015.png

Voilà un slogan qui ne devrait pas exister !

La population a élu des professionnels à des postes publics au plus haut niveau de l’Etat pour la servir et voilà que celui qui est le mieux dans son dicastère, de par son parcours professionnel et de par ses formations, touche en botte.

Ce loupé en matière de politique de l’emploi à Genève incombe à M. Poggia bien qu’il est dû principalement à ses équipes de dirigeants qui sont chargées de mettre en œuvre la politique sociale dans le canton de Genève.
Bien que son département se nomme « Département de l’EMPLOI, des affaires sociales et de la santé », la population genevoise commence fortement à penser que pour ce qui est de l’emploi, il faille clairement changer le nom de son département pour le convertir en « Département du CHOMAGE, des affaires sociales et de la santé ».

L’OCE avait déjà orienté sa façon de travailler en convertissant ses conseillers en placement en des « contrôleurs de chômeurs ». Ce n’est pas ainsi que le chômage va disparaître dans le canton, en créant un bataillon de contrôleurs et ne donnant quasiment plus de service de conseil et d’aide aux chômeurs.

Heureusement, l’incurie de l’Etat en matière d’aide et de conseil aux chômeurs a pu être comblée en partie par la Société civile ; par quelques associations qui tiennent à cœur de relever les personnes tombées dans le chômage de longue durée et dont les marchés privé et public ne sont pas preneurs; dû à des caractéristiques discriminatoires dans le marché de l’emploi : tels que l’âge, le genre, la nationalité, l’identité sexuelle, le statut social, le handicap.

« Trop vieux ! trop jeune ! je ne veux pas une femme ! pas d’étrangers ! pas de pédés ! il n’est pas de notre milieu ! un handicapé !
Voilà ce qui se dit, ou se pense lors des recrutements par ces cadres employeurs qui sont parfois (voire souvent) bien plus incompétents que les sujets qu’ils dénigrent !

Le fait de se décharger de toute responsabilité envers l’association Phares Seniors+, qui est au bord du précipice, c’est de l’irresponsabilité de la part de M. Poggia ; car cette association remplit la mission dont les services de l’Etat ont quasi délaissé. Que fait le (ou la) responsable du LMMT (Logistique des mesures du marché du travail) cantonal ? Rien apparemment ou vraiment pas grand chose !

Dans ce cas commençons à faire des économies là où il serait plus utile pour la population.
« Déchargez-vous, M. Poggia, des dirigeants qui coûtent cher premièrement par leur rémunération, et ensuite coûtent par leur décisions décalées »
Je ne veux même pas parler d’incompétence pour ne pas paraître trop dur, ou accuser injustement.

Les commentaires sont fermés.