02/11/2016

Tâche d'avoir la moustache

Moustache.jpg

Voyant que la « moustache », accessoire de mode de nos grands-pères, s’était ringardisée avec le temps au sein de la collectivité, ils lancèrent le défi à trente gars de la porter.


Vu la réussite du point de vue look que cela eut en 2003, les confrères récidivèrent l’année suivante, mais cette fois-ci en y associant une cause sociale et y mêlant l’argent. Le but visé fut à partir de ce moment de s’attaquer aux causes qui touchent la santé de l’homme et plus précisément qui font mourir prématurément ces derniers : cancer de la prostate, cancer des testicules et la santé mentale (suicides). Pour ce faire, l'association Movember, qui est le nom donné, finance des projets à échelle internationale dans différents pays. La Suisse a été touchée par le mouvement Movember en 2013.

A fin 2015, la machine s’est emportée, et a accru à tel point de propulser la Fondation Movember la 55eme plus importante NGO (organisation non gouvernementale) et y attirant depuis ses débuts en 2003 environ 5,2 millions de Mo-Bros (parrains) et Mo-Sistas (marraines) qui ont soutenu l’association.

La coquetterie de l’homme a toujours existé, mais avec une certaine retenue et surtout une manière très sérieuse de la vivre en la mettant au rang d’affirmation de la masculinité de nous autres !

« Ein Kuss ohne Schnurrbart ist wie Suppe ohne Salz » disaient les messieurs d’avant la Première guerre mondiale ; c’est-à-dire un baiser sans moustache est comme une soupe sans sel. Bon, oui pourquoi pas, s’ils sont arrivés à le faire croire aux dames.
Actuellement la moustache devient plurielle, plusieurs styles de moustaches cohabitent dans la sphère publique. A chacun sa moustache, qui peut nous ramener soit dans une période historique précise, soit dans une région du monde.

Comment se déguiser dans l’espace public sans être mal vu ? Comment s’amuser, en affrontant son courage ? Des hommes, profitent du mois de novembre afin de mettre en valeur leur visage.

Quant à moi, mon neveu Achille qui a aujourd’hui 19 ans et fréquente l’université de Genève, m’a posé la question si je n’j’allais pas jouer le jeu Movember afin de soutenir la cause. Je suis content que la jeunesse s’intéresse aussi aux causes humanitaires ; la finalité n’est pas uniquement la cause soutenue en tant que tel mais aussi le fait d’avoir du « fun », de l’amusement. Euh, pour répondre, oui je vais le faire, avoir une moustache de 31 jours (bien taillée) mais je garde également ma barbe de 3 jours.

16:52 Publié dans Air du temps, Art, Causes et associations, Genève, Humeur, Pensées, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.