25/10/2016

TPG gratuits, une solution

gratuit-vs-payant-site-internet.jpg

A l’heure du référendum cantonal contre la hausse des tarifs TPG, on est en droit de se demander si l’on ne ferait pas mieux de réfléchir plus loin que le bout de son nez.

Répondre sur le fait d’être « pour » ou « contre » la hausse des tarifs de TPG, c’est mal nous orienter sur la problématique que vit Genève en matière de mobilité.

Et la gratuité des transports publics ! Qu’en pensez-vous ?


Rapiécer un vieil habit ne suffit plus, il faut se résoudre un jour à le changer !

Le résultat d’une telle solution de « gratuité des transports publics » pousserait le canton de Genève plus loin dans son avancée vers l’écomobilité des transports en commun ; thématique préconisée dans les Agendas 21 (plan adopté par 173 chefs d’Etat en juin 1992) des différentes communes genevoises afin d’obtenir un développement durable pour notre société.

A savoir, que le sujet de l’écomobilité nous oriente dans les notions de service, de sécurité, de moindre pollution, d’économies d’énergie, de gestion du temps et de la qualité de vie.

A la suite d’une politique publique orientée sur la gratuité des transports publics, l’on obtiendrait de manière directe une hausse de la fréquentation des transports publics ; ce qui ferait baisser fortement le trafic de véhicules à Genève : moins de véhicules pour le même nombre de passagers. De manière indirecte, une baisse du trafic découlant des automobilistes ayant opté pour le transport public aurait pour conséquences de baisser les temps dédiés au trafic grâce à la fluidité dans les routes et par conséquent ceci redynamiserait l’économie locale ; notamment dû à l’augmentation des capacités de production : augmentation de la capacité de transport, économie d’énergie, baisse des temps dans les transports !

Si l’on veut vraiment faire payer quelqu’un directement, alors envisageons faire payer les entreprises qui se fournissent en travailleurs ; bien évidemment en compensation de la dynamisation de l’économie locale découlant de l’effet dû à l’utilisation accrue de transports publics. Ceci peut être mis en œuvre très vite et ne coûterait pas beaucoup pour la mise en œuvre de la facturation aux entreprises des transports du personnel ; au travers de la caisse cantonale de compensation AVS par exemple.

D’ici là, faites vivre la démocratie semi-directe, signez le référendum afin que le peuple puisse débattre lors d’une votation.

 

http://www.ps-ge.ch/wp-content/uploads/2014/04/Re%CC%81fe%CC%81rendum-TPG-1.pdf

Commentaires

Il me semble que l'idée avait déjà été proposée il y a longtemps, sans succès. Pourtant elle est intéressante.

Bien que je sois favorable à une large mixité des transports et pas du tout opposé à la voiture privée, la gratuité des TPG me paraît en effet être une discussion valable. Je suggèrerais, si cela arrivait, de développer encore le réseau avec une flottille de bus moins gros et passant hors des grands axes, pour créer une véritable toile d'araignée. Cela coûte, et je ne sais pas comment il faudrait penser le réseau, c'est juste une idée.

Pour cette raison je vais signer le référendum

Écrit par : hommelibre | 25/10/2016

@hommelibre: Tout à fait, dès lors que ce service public devient entièrement gratuit - càd pris au travers de l'impot - il est question de chercher les avantages à donner à la Société: PME, habitants, tourisme, personnes agées, travailleurs sociaux, représentants, etc. etc.
Tout devrait etre réfléchi afin de contre-balancer les charges ... par des avantages qui non seulement ferait que le service ne devienne une charge inutile pour la société (une confiscation des avantages du privé sur le public) mais qu'en plus la balance finale conduise Genève sur une voie tant profitable financièrement que du point de vue du bien-etre (social et écologique).

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 25/10/2016

L'augmentation est a cause du refus de financement du Parlement.
Pour la gratuité, il faudra deja ne plus avoir une masse salariale aussi élevée.
En 2015: 1’833 employés 230 Mio de salaire. Lausanne a innover avec son M2.
Genève est incapable de le faire. Quand on voit ce qu'a été le projet CEVA et les conflits politiques que cela a crée ...

Bonne chance et bon courage pour la gratuité des TPG

Écrit par : Steve Roeck | 25/10/2016

Les commentaires sont fermés.