23/09/2016

Laissez nos amis dealers dans les rues des Pâquis

asset-version-d2284274ff-heroine.jpg

Bas les pattes ! Laissez-nous nos amis dealers. Les toucher c'est déséquilibrer notre société. Nous, habitants des Pâquis, avons besoin d'eux. Pitié ne nous les prenez-pas!


Pour rappel, mercredi passé la police a arrêté 12 dealers entre Plainpalais, Pâquis, la gare, Onex et Petit-Saconnex.
 
Pourquoi "Laissez-nous nos amis dealers", diriez-vous?
 
Premièrement ce fléau (le marché de la drogue) ne touche dans la santé que ceux qui veulent acheter ces produits et qui sont des personnes responsables; malgré l'opinion des soi-disant bienpensants qui profèrent un avis négatif de la chose. Rappelons que d'autres produits peuvent provoquer également une dépendance néfaste et ne sont pas attaqués. Ainsi, les consommateurs ne sont pas prêts à se priver de ces produits rares et dont uniquement quelques vendeurs satisfont la demande; ou plutôt doivent le faire pour une question de survie. D'ailleurs, peut-on constamment changer le lieu de vente de ces produits à ces avocats et ces financiers, dont Genève regorge?
 
Deuxièmement, la présence de ces dealers dans les rues des Pâquis gratifient le quartier d'une externalité positive. Ces braves vendeurs préservent notre quartier de la spéculation immobilière et font fuir ces snobs puants qui nous attirent la poisse économique et qui rendent triste tous les lieux où ils s'installent. Grâce à ces derniers nous avons encore des loyers abordables dans le quartier. Bien sûr, ils ne sont pas les seuls à y contribuer, les autres acteurs que je ne citerai pas sont tout aussi stigmatisés.

Troisièmement, ce soit disant fléau ne dérange la vue que des hargneux, personnellement je ne pense ni du mal ni du bien de ce marché; à part le fait qu'il subsistera toujours.
 
 
 
 
 

Commentaires

@Monsieur Unica Vous avez raison sinon vous entendrez des voix les réclamer comme ce fut après l'interdiction de fumer dans les bistrots
-Mais ou sont ils donc tous passés ,comment se fait il que plus un ne vienne boire son café ,comment se fait il que les rues soient aussi vides ?
C'est que malheureusement on est passé d'un monde qui savait réagir au quart de tour à un monde de moutons qui se laissent tondre et surtout humilier et qui ne se rendent même pas compte que leurs droits sont bafoués par des puritains

Écrit par : lovejoie | 23/09/2016

@lovejoie Ca me fait plaisir d'entendre votre réaction. J'ai posté sur Facebook un commentaire au-dessus du lien vers cet article, qui a provoqué beaucoup de discussions.
Les parents me tombent dessus car ils ne veulent pas que leurs babins se droguent. Or, c'est à eux de leur expliquer que c'est pas bien d'acheter. En outre, il doivent faire cet exercice pour l'alcool aussi... et ils n'en veulent pas aux bistrotiers qui vendent de l'alcool comme aux vendeurs de drogue, est-ce dû à la couleur du vendeur? J'espère pas, mais stigmatiser toujours ce qui n'est pas connu peut aller loin. En plus, ces prostituées ne sont pas habillées comme des mamans ! et je vous dis pas ces étrangers de couleur qui sont la cause que l'école des Paquis est une des moins bonnes. Oui c'est vrai que ces fils d'étrangers nécessitent plus d'intégration, plus de culture suisse-genevoise, mais c'est ainsi, ils tirent vers le bas les classes. Donc les Paquis sont particuliers, et celui qui veut bénéficier du positifs (les prix abordables des loyers) doivent également accepter l'environnement qui justement provoque cela.
C'est trop facile de s'installer aux Paquis à bas tarif et ensuite de demander que ces (soit-disant) vermines doivent s'en aller.
Et s'ils partent pour de vrai... alors les Paquis devient Champel ... et peut-etre Champel devient les Paquis ...
Les personnes qui ne sont pas pretes à accepter cela peuvent aller ailleurs, d'ailleurs beaucoup d'autres population acceptent cette variété humaine... qui vit au travers de tous les moyens pour survivre.
Personnellement je me plains pas du bruit ... si je suis pas content ... je pars en campagne ... ou dans un autre quartier ... Il faut que les Paquis vivent de par leur différence.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 26/09/2016

Les commentaires sont fermés.