25/07/2016

Suisse exemplaire face aux Etats-Unis

4960175.jpg

Etre le premier en tout n’est pas synonyme d’intelligent. La Suisse a toujours su en faire plus et mieux que les pays partenaires lors d’accords internationaux.


Ainsi, ces dernières années, face à son partenaire américain très puissant, le gouvernement suisse a courbé l’échine et permis une quasi-ingérence dans les affaires suisses et ouvert accès à des bases de données de manière excessive. On se demande que reste-t’il en matière de protection des données personnelles ?

Alors, que les citoyens et habitants suisses sont régis légitiment par le droit suisse, ces derniers se voient en sus soumis à leur insu à une autre puissance. Souvent le prétexte est l’accord conclu avec les États-Unis sur la lutte contre le terrorisme et son financement à la suite des attentats du 11 septembre 2001

De ce fait, le gouvernement a autorisé la direction des banques à livrer certains noms d’employés de banques au fisc américain afin de faire réduire à leur peine d'amende. Les noms doivent également être transmis lorsque des transactions bancaires ont eu lieu avec des pays soumis à embargo économique américain non respecté par tout institut bancaire suisse, et ce même si le droit suisse n’a pas été violé.

Cette livraison de noms est faite également sur des noms d’employés de back-office, de moindre importance et sans responsabilités, qui saisissent les ordres d’achat/vente dans les systèmes informatiques bancaires et confirment les transactions aux clients dans un processus automatisé.

Est-il nécessaire d’en faire trop ?

Accès automatique à des données juridiques pénales, même pour des infractions à loi sur la circulation ; notamment pour des dépassements de vitesse excessifs. Est-ce que ces personnes peuvent représenter un danger pour les États-Unis lorsqu’ils se rendent dans ce pays ?

Bien que ce soit une infraction pénale, faut-il ouvrir accès à ces données également ?

Encore plus aberrant, suite aux attentats du 11 septembre, il fut stipulé que des terroristes avaient utilisé des cartes de téléphone suisses prépayées. Quelques années plus tard, la Suisse instaura l’obligation pour les opérateurs de téléphonie de collecter l’identité des détenteurs des cartes de téléphone prépayées.

Ceci paraît une bonne mesure, mais le hic est que les États-Unis n’ont pas instauré une pareille mesure. Ainsi, il est tout à fait possible d’acquérir sur sol américain des cartes prépayées sans qu’aucune vérification d’identité ne soit effectuée.

Si les États-Unis, qui sont malheureusement souvent la cible d’attentats, n’estiment pas nécessaire de faire cela dans leur pays, pourquoi le faire en Suisse ? Juste une mesure de premier de classe ?

Bref, bien que nous devons être fiers de la Suisse pour son excellence, il serait opportun qu’il soit réfléchi des actions et mesures qui ne viennent pas trop coûter (les ressources commencent à manquer) et qui n’aillent pas excessivement dans le terrain de la sphère de la vie privée et de la limitation à la protection des données personnelles.

14:29 Publié dans Etat, Pensées, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Si les Etats-Unis n’estiment pas nécessaire de faire cela dans leur pays, pourquoi le faire en Suisse ?"
Bizarre raisonnement de votre part. Vous donnez la réponse plus haut : " Ceci paraît une bonne mesure".
Le problème, c'est les USA, pas nous...

Écrit par : Géo | 25/07/2016

Oui Geo, je le dis. Par contre ce qui n'est pas normal c'est que ce soit pris suite à l'Accord americain contre le terrorisme... et non parce que la Suisse le faisait pour elle.
Si elle imite les americains, càd ne pas faire cette mesure sur les cartes prepayés ... les fournisseurs suisses economiseront. Encore la Suisse est première de classe ... heureusement qu'il y a de l'argent en Suisse.

Écrit par : Manuel Alonso Unica | 25/07/2016

Faites donc comme moi : Ne rien avoir à faire avec les USA et ne jamais se rendre dans ce pays.

Il y a bien d'autres contrées à visiter sur la terre et bien d'autres lieux intéressants pour faire des affaires...

Et si vous êtes contraints de vous y rendre pour votre travail, alors c'est le moment de changer de boulot.

A chaque problème, sa solution....

CQFD

Écrit par : jacphil | 26/07/2016

Les commentaires sont fermés.