12/12/2015

Pâquis et attentats

terrorisme_0.jpg

Périple aux Pâquis, avec l'odeur de la peur d'attentats. Ce qui s'est réellement passé dans mon trajet au travers du quartier le plus dangereux de Genève.


Le jeudi 10 décembre 2015, j’apprends que des terroristes se planquent à Genève. Non, ils ne se planquent pas, ils se promènent dans les couloirs de l’ONU là où quelqu’un les aurait vu récemment.

Bref, je poste dans mon compte facebook l’information aux alentours de 17h30 afin de mettre en garde mes amis. 

Je vais chez mon barbier, et là, malheur ! je constate qu’il est d’aspect arabisant. Trop tard, je suis assis sur le fauteuil et ce dernier sort son rasoir à lame unique ! elle brille, il s’approche de mon cou et d’un coup franc coupe ces poils rebelles ! Ouf j’ai échappé à la mort. Je sors de chez le barbier.

Je me dirige vers mon magasin préféré à l’enseigne très suisse, dont je suis d’ailleurs coopérateur. Dans le chemin je vois plusieurs bars à chichas avec des gens arabes qui entrent et sortent. Ouf encore échappé à la mort.

Enfin j’arrive au magasin et j’achète des aliments qui puissent ressembler à des armes, des grenades bien mûres, des bananes bien droites, des pavés de bœuf bien carrés, une bombe norvégienne, … bref et j’en passe. Mon portable plusieurs fois pour m’informer des prises de position dans mon post FB de la part de Cathy, Karine et François qui commentent la peur de l’attentat.

Je sors bien apeuré du magasin, et là je rencontre Dominique, le responsable de l’Espace Pâquis. Je lui demande s’il a prévu pour la fin d’année un diner pour les personnes exclues et il me dit que non. Par contre il m’informe qu’il vient nouvellement de créer un site internet pour smartphone pour informer les personnes nécessiteuses. Il y a dans ce site les lieux où dormir où se doucher où manger et le calendrier des fêtes des personnes exclues.
Je ne suis pas mal pensant, mais peut-être qu’il abrite de potentiels terroristes.

Non… c’est pas sympa de penser que les personnes qui sont déjà tombés dans le rebut de la société puissent en outre être des criminels.

Se promener aux Pâquis, ce n’est pas si simple, d’autant que les caméras de surveillance mises par un conseiller d’état (aux aspirations fédérales) ne sont pas dans mon trajet.

Bref, je me dis que je dois arrêter cette paranoïa.

22:39 Publié dans Air du temps, Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Périple aux Pâquis, avec l'odeur de la peur d'attentats. "

A quoi sert l'instruction publique si les gens sont si totalement dépourvu d'esprit critique et se laissent manipuler si facilement par des alertes infondées.

Écrit par : Johann | 13/12/2015

Les commentaires sont fermés.